L’utilisation de la biomasse forestière comme source «d’énergie verte» devrait augmenter de 250% au cours de la prochaine décennie, après avoir déjà doublé au cours des dix dernières années, selon une étude publiée récemment par l’Environmental Paper Network (EPN). Cette croissance est encouragée, malgré les doutes des scientifiques sur ses avantages climatiques et les inquiétudes de la société civile quant à la menace qu’elle fait peser sur les forêts du monde et leurs habitants.

 

Le nouveau rapport de l’EPN «Les forêts sont-elles le nouveau charbon? Une carte mondiale des menaces liées au développement de l’énergie issue de la biomasse »révèle que le Japon et la Corée du Sud sont des centres émergents en matière de consommation d’énergie issue de la biomasse forestière. Ils imitent les politiques européennes qui subventionnent la combustion du bois à des fins énergétiques, mais ne comptabilisent pas les émissions de carbone dans la cheminée.

 

«Lors de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le climat, les pays doivent d’urgence remédier aux politiques qui aggravent l’abattage et la destruction des forêts. Ils doivent veiller à ce que le règlement de l’Accord de Paris supprime les failles qui permettent aux énormes émissions de la combustion du bois de ne pas être comptabilisées », a déclaré Peg Putt, coordinatrice du groupe de travail de l’EPN sur les forêts, le climat et la biomasse.

 

En dépit des controverses, la bioénergie domine la production d’énergie «renouvelable» au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), minimisant l’énergie éolienne et solaire ainsi que les subventions qui devraient être appliquées à ces technologies réellement à faibles émissions. Bien que la combustion du bois soit plus émissive que la combustion du charbon par unité d'énergie produite, des méthodes de comptabilisation du carbone imparfaites fixent à zéro les émissions résultant de la combustion du bois dans le secteur de l'énergie. Cela a entraîné une expansion massive.

 

La majorité des matières premières destinées au marché croissant des granulés de bois proviendront directement des forêts tropicales, tempérées et boréales des pays développés et en développement. C’est-à-dire les forêts d’Asie du Sud-Est et d’Afrique, les États-Unis, l’Europe et l’Australie, ainsi que la Russie et le Canada. Elle ne peut pas et ne sera pas fournie principalement à partir de résidus de scieries, comme on le dit fréquemment et de manière trompeuse.

 

«L’expansion incontrôlée de la production d’énergie de bois nuit déjà aux forêts naturelles, au climat, aux communautés forestières et à celles vivant à proximité des installations de production. Nous avons utilisé les statistiques publiées et les propres prévisions de l’industrie pour déterminer l’augmentation de la menace. Les recherches ont montré que l’ampleur de la croissance planifiée du secteur est réellement effrayante, elle est deux fois et demie plus importante qu’aujourd’hui au cours des dix prochaines années », a déclaré Mme Putt.

 

«À une époque où la protection de nos forêts et de leurs vastes réserves de carbone est une nécessité mondiale, l'industrie de la biomasse tente sans relâche de se développer. L'Union européenne adopte des politiques erronées qui classent par erreur la biomasse forestière comme neutre en carbone, et 22 M de tonnes de pellets de bois sont consommés dans l'UE chaque année. Le boom de la biomasse doit cesser avant qu’il ne soit trop tard pour les forêts, les populations et le climat », a déclaré Katja Garson, responsable de la campagne pour la forêt et le climat à Fern (association pour la justice environnementale et sociale dans l'Union européenne).

 

Le rapport Threat Map doit être lu conjointement avec "The Biomass Delusion", déclaration de position de plus de 130 groupes non gouvernementaux publiée en octobre dernier, qui met en exergue les idées à l'origine de la croissance exponentielle de la bioénergie: l'idée que l'énergie de la biomasse forestière est neutre en carbon , et qu’elle peut être alimentée sans détruire davantage de forêts.

 

«Nous assistons à une fausse solution qui augmente les émissions et place les forêts sur le billot. Même l’industrie dit qu’elle ne sait pas d’où proviendra tout le bois », a déclaré Mme Putt.

L’industrie de la bio-masse, une nouvelle menace pour la forêt ?

Un récent rapport de l'Environmental Paper Network dénonce les politiques qui encouragent l'utilisation du bois comme énergie verte au détriment d'autres technologies et menacent la survie des forêts.

granules bois.jpg